Populonia

De premier abord simple, l’exposition Populonia de Katinka Bock à la galerie Jocelyn Wolff, impeccablement installée, dévoile ce qui d’habitude reste invisible. Parmi l’ensemble des œuvres, quatre d’entre-elles jalonneront mon parcours dans cet article : Moscow, Aussischt zu zweitFarben diese Meeres et Balance of O and I.

Vue de l'exposition Populonia, Galerie Jocelyn Wolff
Vue de l’exposition Populonia, 2014, Galerie Jocelyn Wolff

Sur le sol, deux tuyaux de plastique transparent parcourent l’espace d’exposition -l’un longeant les murs et l’autre posé au sol- pour disparaître en dehors de l’espace public. L’installation, intitulée Moscow donne ainsi accès à l’activité du personnel grâce à cet ailleurs invisible constitué par la connexion de ces deux “tubes” à un lavabo. L’installation s’active dès qu’on utilise ce dernier, dévoilant alors l’eau qui circule et ressort à l’extérieur de la galerie par une ancienne trappe d’accès au gaz de l’immeuble.
Dans le même ordre d’idées, Katinka Bock ouvre la perspective visuelle sur d’autres entités inaccessibles au public. Le mur qui cloisonne l’accès aux réserves de la galerie est percé à hauteur de regard. A l’intérieur, Aussischt zu zweit propose un miroir suspendu où se reflètent les murs blancs de l’espace, révélant à cette occasion la présence d’une autre installation qui prolonge l’exposition. Ici, l’artiste déborde des configurations habituelles de la galerie. A nouveau, elle investit un espace privé, en détourne l’activité et l’organisation.Le geste de l’artiste éprouve à travers les limites entre public et privé, intérieur et extérieur, les conditions de réception de l’espace et des œuvres.

Aussischt zu zweit, 2008 Miroir, 53,6 x 18,1cm, dimensions variables Courtesy de l'artiste et de la galerie Jocelyn Wolff
Aussischt zu zweit, 2008
Miroir, 53,6 x 18,1 cm, dimensions variables
Courtesy de l’artiste et de la galerie Jocelyn Wolff

L’artiste bouscule aussi nos intuitions perceptives avec Farben diese Meeres, série de trois objets moulés en bronze et cependant délestés de leur poids du fait d’un accrochage qui défie les forces d’attraction: un chapeau en équilibre sur un clou, un morceau de tissu penchant vers l’avant et retenu par deux sangles étroites.
L’artiste poursuit cette intention avec Balance of O and I. Elle met en équilibre deux objets dont la structure et la masse s’opposent à priori -un cordon de tissu et un bandeau de bronze- par le biais d’une installation qui contraint les forces physiques à s’équilibrer.

Balance of O and I (large), 2014 Bronze, acier, tissu, 90x212x15cm
Balance of O and I (large), 2014
Bronze, acier, tissu, 90 x 212 x 15cm
Courtesy de l’artiste et de la galerie Jocelyn Wolff

Le spectateur est convié à une re-direction de sa perception, grâce à ce que suggère l’artiste à travers une mise en question des acquis du spectateur quant aux espaces autorisés et aux notions de physique : équilibre, poids-. Ce déplacement permet de s’attacher aux aspérités des matières, à la finesse du geste et à la poétique de l’accrochage, dévoilant des pratiques sensibles et minutieuses.
Populonia, Katinka Bock, du 12 septembre au 08 novembre 2014
Galerie Jocelyn Wolff, 78, rue Julien-Lacroix, 75020 Paris

Publicités